SANTÉ & DANGERS

UN MATÉRIAUX TOXIQUE

Dès l’antiquité, les historiens témoignent des dommages aux poumons dont souffrent des esclaves chargés du tissage de vêtements d’amiante. Nous savons aujourd’hui que toutes les variantes d’amiante sont cancérigènes (INSERM, 1996).
 

Pathologies de l'amiante


Les effets des fibres d’amiante sur la santé

Les fibres d’amiante sont elles-mêmes constituées de plus petites fibres, accolées les unes aux autres. Elles présentent la particularité de pouvoir se séparer très facilement dans le sens de la longueur sous l’effet de chocs, de vibrations, de frottements ou de simples courants d’air, constituant un nuage de poussières très fines et souvent invisibles à l’œil nu. Ces fibres peuvent se déposer partout et pénétrer au plus profond des poumons. Les fibres d’amiante peuvent avoir un diamètre 2000 fois plus petit que celui d’un cheveu. Invisibles dans les poussières environnantes, elles sont inhalées et peuvent se déposer au fond des poumons, puis migrer dans l’organisme. Piégées dans divers organes, elles peuvent provoquer plusieurs pathologies.



Les principales maladies de l’amiante

En pénétrant dans les voies respiratoires, les fibres d’amiante peuvent induire différentes maladies dont certains cancers. Les principales maladies sont :


L’ASBESTOSE :

Une fibrose pulmonaire qui peut apparaître après plusieurs années d’exposition. Elle se traduit par une réduction de la capacité respiratoire pouvant s’aggraver avec le temps, même lorsque l’exposition a cessé. L’asbestose peut être accompagnée d’un certain nombre de complications comme la pleurésie inflammatoire ou fibrose de la plèvre (l’enveloppe du poumon).

Les niveaux d'exposition nécessaires pour provoquer une asbestose sont importants. Certaines asbestoses sont très peu évolutives, d'autres sont susceptibles d'évoluer progressivement vers une insuffisance respiratoire sévère.



LES PLAQUES PLEURALES :

Epaississements localisés de la plèvre (enveloppe du poumon) accompagnés ou non d’une altération de la fonction respiratoire. Elles sont presque toujours asymptomatiques et de ce fait découvertes à l'occasion d'examens radiologiques systématiques, prescrits dans le cadre de la surveillance de sujets exposés ou ayant été exposés à l'amiante, ou à l'occasion d'affections respiratoires diverses.



LE CANCER BRONCHO-PULMONAIRE :

Qui apparaît avec un délai de latence important, jusqu’à 20 ou même 30 ans après l’exposition.

Depuis 1955 de nombreuses études ont démontré sans équivoque que la mortalité par cancer broncho-pulmonaire est plus élevée parmi les travailleurs exposés à l'amiante que parmi la population générale.

Chaque année en France, environ 25 000 cancers du poumon sont diagnostiqués. Parmi eux, 8 à 10 % sont causés par l’inhalation d’amiante, associée ou non au tabac. Le tabac et l’amiante sont des facteurs capables de provoquer un cancer du poumon. Leur association a un effet cancérogène puissant car ils agissent alors de façon synergique. Leurs effets se multiplient. Le tabac entraîne un risque relatif de 10 pour le cancer du poumon ; l’exposition à l’amiante multiplie par cinq le risque de voir se développer un tel cancer par rapport aux individus non exposés. Pour un fumeur exposé professionnellement à l’amiante, ce risque est de 10 x 5 = 50.



LE MÉSOTHÉLIOME :

Cancer de la plèvre qui peut également apparaître de nombreuses années après l’exposition. Par rapport au cancer du poumon, le mésothéliome (un des cancers de la plèvre) reste un cancer assez rare. Le mésothéliome se traduit par une tumeur qui atteint la plèvre, plus rarement le péritoine (membrane protectrice des intestins dans la cavité abdominale) ou le péricarde (membrane qui entoure le cœur). Ce cancer est LA maladie de l’amiante, car plus de 90 % des cas sont liés à l’inhalation de ces fibres. Il faut en moyenne 20 à 40 ans pour que se déclare un cancer du poumon ou un cancer de la plèvre dû à l’amiante ; autrement dit, longtemps après le début de l’exposition. Les cancers observés aujourd’hui sont provoqués par une inhalation d’amiante dans les années 1950-1980.



Autres cancers :

Un lien possible avec une exposition à l'amiante a été évoqué pour plusieurs autres cancers, dont le plus suspecté serait le cancer du larynx.





NOTA


Des risques, même à faible concentration

Dans l’état actuel des connaissances, on peut penser que des expositions répétées de courte durée, même à des concentrations faibles, peuvent entraîner un risque.

De plus en plus de scientifiques attirent l’attention sur les niveaux règlementaires actuellement en vigueur pour les abaisser et/ou les modifier (dans la méthode de comptage excluant par exemple les fibres courtes FCA et les fibres fines FFA). Source INRS.



Substituts d’amiante

Même si l'amiante ne peut pas être remplacé dans tous les cas (en raison de ses propriétés uniques), les solutions de substitution se font de plus en plus nombreuses : Les laines minérales, des fibres artificielles vitreuses de la famille des silicates comme la laine de roche et de verre, sont utilisées depuis une vingtaine d'années. On recourt aussi aux charges minérales expansées : la vermiculite (famille des micas) ou la perlite (verre volcanique pauvre en eau). Enfin, des revêtements ablatifs comme les peintures intumescentes retardent la propagation de l'incendie. Dans l’isolation thermique, les laines minérales et les fibres céramiques (de type silice alumine) obtenues à partir de mélanges d'oxydes purs fondus au four électrique sont très performantes. Des polymères plastiques existent aussi, ils présentent l'avantage de ne pas être fibreux : mousses de silicones, de polyamide et de polyphosphazène, par exemple.

 

AMIANTE

[vc_row][/vc_row][vc_row][/vc_row][vc_row][/vc_row][vc_row][/vc_row][vc_row][/vc_row]